まこと の ブログ

MaKoTo no burogu — Journal de bord…

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, 27 décembre 2014

WebRadioRéveilWifi -3-

Suite de l'étude précédente :

  • Cette fois on va concevoir l'amplificateur audio qui sera branché en sortie du Raspberry-Pi.

Pas besoin d'une puissance énorme pour l'utiliser avec de petits haut-parleurs récupérés dans des carcasses d'ordinateurs.
dsc09786.jpg dsc09783.jpg C'est donc un ampli à base d'un bon vieux LM386 qu'on va opérer, le même que dans le petit haut parleur portatif pour baladeur qu'on avait fabriqué en cour d'EMT (techno au collège), mon premier contact avec l'électronique, il y a heu… trop longtemps @_@
C'est plus précisément le LM386N-3 que j'utilise car il présente une puissance correcte pour une plage d'alimentation très large.
On pourra donc utiliser le 5V de l'alimentation générale du projet WebRadioRéveil.

  • La datasheet indique quelques montages typiques, et c'est en effectuant de nombreux tests empiriques (c'est à dire, à l'oreille) que j'ai arrêté le choix des composants à adjoindre au circuit en fonction des enceintes choisies.

Voici le schéma du prototype:

AmpliAudioProto.png

Explications:

  • Cet ampli étant mono, il faut deux circuits identiques si on veut avoir deux haut-parleurs.
  • Ceux-ci peuvent être d'impédance diverse, et le LM386 saura s'en accommoder, du moment qu'on ajuste le condensateur de sortie C3.

dsc00381.jpg L'audio c'est compliqué, vraiment, et tout ce que j'en ai compris c'est que pour cet ampli, il est d'usage de régler une fréquence de coupure dans les graves.
Par le calcul suivant, fc=1/2piRC, R étant l'impédance du haut-parleur, C l'inconnue, et fc environ 90Hz.
Ce qui donne C=220µF pour un haut-parleur de 8Ω.
Ou encore C=470µF pour un haut-parleur de 4Ω, comme c'est le cas ici.

  • Le couple R1 et C2 (entre les pattes 1 et 8 du LM386) est fixé ici pour obtenir un gain de 50, c'est à dire 34db.
  • Le couple RV2 et C4 (entre les pattes 1 et 5 du LM386) sont là pour booster les son de basse.

En effet, les petits haut-parleurs de ce genre donnent un son relativement aigu et pouvoir faire ressortir les basses est alors très intéressant.
Seulement cela se fait au détriment du volume général qui se voit alors réduit.
De plus en fonction du niveau du volume, trop de basse peut-nuire à la qualité sonore, et c'est pourquoi j'ai utilisé un potentiomètre RV2, afin de pouvoir effectuer le réglage à la demande, dans la plage de valeurs allant de 2 à 10kΩ, pour plus ou moins de basse, sachant qu'à 10kΩ elles sont déjà un peu présentes.

  • Le condensateur C5 (relié à la patte 7 du LM386 et à la masse), essentiel, sert à réduire fortement les parasites engendrés par l'alimentation électrique.

Voilà pour les particularités du schéma, facile à adapter aux haut-parleurs utilisés.

À noter qu'il existe pour les feignants, des modules pas cher du tout, du genre « LM386 Audio Amplifier Module Board 5V-12V », mais que du coup la qualité du son ne sera pas personnalisable…

À suivre…

Ressources :

http://www.sonelec-musique.com/electronique_realisations_ampli_bf_003.html
http://jmdefais.pagesperso-orange.fr/techn_jm/cir386.htm
http://www.homecinema-fr.com/forum/general-f1472/frequence-de-coupure-t29910209.html

mercredi, 30 juillet 2014

WebRadioRéveilWifi -2-

Suite de l'étude précédente :

Nouveau billet d'étape, cette fois-ci concernant l'horloge, et je me rend compte que je n'ai pas encore présenté le projet complet, oups !
Bon je verrais ça plus tard avec un billet N° zero…

  • Donc après les quelques tests réalisés sur le Raspberry pi pour la partie WebRadio, on va s'occuper ici de la partie horloge.

Au départ je voulais la faire avec un µC Atmega, et puis comme ça sans trop réfléchir, je me suis procuré un Arduino.
Je n'avais jusqu'alors pas essayé, considérant que l’utilisation d'un µC était finalement la même chose, en bas niveau il s'entend.
Sauf que j'avais tord ! Pas sur le fond, puisque c'est bel et bien le cas, mais sur la forme. En effet programmer un AVR n'a rien de sexy, et lorsqu'on connaît mal le composant, il faut beaucoup de temps et de persévérance avant de savoir ce qu'il est possible de faire et d'en appréhender le fonctionnement, notamment le plus complexe pour moi qui ne suis pas codeur, la programmation.
Je me voyais donc mal barré, et s'il y a bien une chose fondamentale que j'ai apprise, c'est qu'il faut avant tout se faire plaisir pour avancer.
Il me fallait donc emprunter une voie différente, et de découvrir l'Arduino et son langage simplifié aura débloqué la situation.
J'ai donc été très surpris de parvenir à faire fonctionner mon horloge en à peine un week-end, fort des nombreux exemples et réalisations documentées en ligne.
j'aurais dû essayer Arduino plus tôt ^^;
J'ai ensuite pris plaisir à continuer de perfectionner mon système pour y ajouter des fonctionnalités, que je vais détailler ici.


Premiers essais, premières erreurs :

  • Le système d'affichage repose sur des registres à décalages. J'avais d'abord entrepris les 74HC164, car j'en avais sous la main.

Sauf que, voici le résultat :

Lire la suite...

samedi, 22 mars 2014

HackTV

dsc09297.jpg

  • Un téléviseur en panne ?

Plus où moins… En fait on m'a fait don de cette télé qui fonctionne plutôt bien malgré la piètre qualité des couleurs…
Sauf qu'en basculant sur les canaux AV1 et AV2 ou encore S-VHS, un horrible sifflement se fait entendre, qu'une source vidéo soit connectée ou non, et quelque soit le réglage du volume sonore.
Bruit parasite strident qui cesse dés qu'on remet la TV sur son tuner… Étonnant !

J'ai alors entrepris d'ouvrir l'engin et de trouver un défaut évident, mais rien de probant.
De plus, impossible d'identifier la marque et le modèle du châssis, de ce TV DUAL ETV 70440.
À force de recherches sur le circuit et sur internet, j'ai fini par comprendre qu'il s'agissait en fait d'un châssis standard de type E9.
Sur une base commune, les fabricants de TV pouvaient donc distribuer leurs produits avec plus où moins d'options, câblées ou non sur ce châssis.
Ensuite il ne restait qu'à dégoter le « Chassis TV Standard E9 Service Manual[1] », permettant de suivre le schéma à la recherche de la panne, mais je n'ai rien trouvé, et au bout de quelques heures, j'en ai eu marre…

  • Une panne à la con que j'ai donc choisi de contourner, en déconnectant simplement des enceintes l'ampli audio du chassis E9, pour le remplacer par un ampli d'enceinte de PC.

J'ai raccordé celui-ci sur les enceintes et la prise casque du TV, puis ajusté le niveau de son amplification de manière cohérente avec le réglage du volume de la prise casque à la télécommande.

Voilà !
dsc09298.jpg dsc09299.jpg

Le Service Manual s'est révélé très utile pour bénéficier de la manipulation à effectuer à la télécommande pour accéder au menu « ingénieur », permettant notamment le réglage de la géométrie de l'image.

Note

[1] dispo en annexe ci-dessous

jeudi, 26 décembre 2013

G2N, un pistolet pour jeux vidéos -2-

Suite de l'étude précédente :

  • On continue avec l'intégration de la « Pistol Board » dans le pistolet Virtua Gun de SEGA.

Les borniers se relieront à la Main board pour fournir l'alimentation et les signaux de la camera, ainsi que pour les boutons start et gâchette de la manette USB.
dsc09362.jpg dsc09363.jpg

  • C'est en place, reste à connecter la caméra IR.

ATTENTION, Il faut obligatoirement une camera provenant d'une Wiimote officielle Nintendo !
La caméra d'une copie Chinoise, telle que celle-ci ne sera en rien compatible avec notre montage :
dsc09240.jpg dsc09228.jpg dsc09229.jpg dsc09233.jpg dsc09231.jpg dsc09238.jpg dsc09234.jpg

Voici donc la caméra Infra-rouge Pixart dé-soudée depuis une véritable Wiimote, sans Motion Plus intégré, modèle RVL-003.
dsc09433.jpg dsc09436.jpg

Je l'ai ensuite câblé sur une nappe de fils avec un connecteur HE10 Femelle au bout.
Afin de faire tenir la caméra dans le pistolet, on va exploiter une des fentes d'1 mm de large disposées dans le canon, là où se trouvait la lentille du Virtua Gun.
dsc09439.jpg dsc09616.jpg

Lire la suite...

- page 2 de 6 -