まこと の ブログ

MaKoTo no burogu — Journal de bord…

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un seul boukin…

Depuis Février dernier, j'ai commencé la lecture de L'étoile de Pandore de Peter F. Hammilton !
D'abord en achetant le premier tome, puis le deuxième
L'ayant terminé, je me suis mis en quête du troisième… Introuvable !
J'ai alors passé commande dans une librairie, pour quelques jours plus tard obtenir la réponse que le livre est épuisé et que l'éditeur ne prévoie pas de réimpression pour le moment…
Mais… mais, je fais quoi maintenant ??
Sympathique est serviable, l'employée de la librairie m'indique alors quelques adresses de librairie spécialisées SF où je pourrais probablement trouver ce fameux tome 3.
dcs08565.jpg Suivant ces conseils, je n'ai alors pu trouver que le tome 4, lui aussi épuisé partout ailleurs.
Amusant aussi de constater que sur divers sites marchands proposant de l'occasion, le livre voit son prix grimper en flèche, passant de 10 à 40 ou 50€ ! Pas question de jouer ce jeu là !
Et c'est tout ? je dois attendre ? Attendre d'avoir oublié le nom et la place de la cinquantaine de personnages, que les multiples intrigues s'évanouissent tranquillement de ma mémoire, pour que le beau jour où le livre serait à nouveau disponible je galère à raccrocher les wagons !

  • Énervé par ce problème stupide qui m'aura en plus fait perdre mon temps, j'ai téléchargé le livre, au format ePub, sans DRM, je vous laisse deviner où ^^;

À ça, sûrement pas sur une plate forme « légale » avec DRM, au prix exorbitant de 5€ !!! Ça fait cher le fichier, alors que la plateforme de vente location ne coûte proportionnellement à la vente en libraire physique, pour ainsi dire rien.
Mais nous sommes au 21ième siècle bordel ! Siècle de l'abondance permise par le dématérialisé, balayant le siècle dernier, où la rareté (parfois artificielle) était reine.

Super, j'ai grugé le système héhéhé !!
Mais comment lire le fichier ? Pas de tablette, pas de liseuse, pas de PDA, ni de smartphone… J'ai bien l'EeePC, mais c'est assez peu pratique à utiliser dans la promiscuité des transports en commun…

  • Et puis paf, la solution, la Nintendo DS !!

dsc07039.jpg En plus des fonctions de bases où ajoutées depuis le DSiWare, (Appareil photos, prise de note, calculatrice Mario), et grâce à son linker avec l'OS Moonshell, elle me servait déjà à visionner des vidéos, écouter la musique et jouer sur émulateur

  • Maintenant, avec le homebrew très pratique dslibris, me voilà fin prêt pour y lire mon boukin, en attendant la disponibilité de la version papier… que j'attends toujour depuis trois mois.

dsc08568.jpg

Le dématérialisé me semble vraiment l'unique solution à la pénurie des livres.
Il y a dix ans de ça, je me souviens avoir arpenté les rayonnages de nombreuses librairies à la recherche de boukins parut quelques années auparavant, sans rien trouver, et on me répondait systématiquement que c'était indisponible, mis à part peut-être en bibliothèque…
Mais je n'allais pas non plus m'amuser à me rendre dans plusieurs de ces établissements pour compulser leurs fichiers (et risquer de rentrer broucouille) qui de plus n'avaient pas de base de données commune (et quand bien même, se rendre compte que le boukin est dispo à d'autre bout du pays ?).

Commentaires

1. Le mercredi, 31 octobre 2012, 03:58 par tranxene50

Hello !

> Mais nous sommes au 21ième siècle bordel ! Siècle de l'abondance...

C'est bien là tout le problème : avec Internet, on s'est habitué à ce que l'information soit disponible, variée et abondante.

Hors, face à la rareté, qu'elle soit réelle ou artificielle, nous devenons "intolérant" envers cette dernière.

Ce que je veux dire c'est que, à partir du moment où l'on sait qu'une donnée existe (info brute, spécification, article, billet, film, livre, etc), on ne conçoit plus qu'elle ne soit pas accessible immédiatement.

Et cela a un effet pervers : ceux qui oseraient (les vilains...) ne pas rendre immédiatement disponibles ces données (qu'elles soient gratuites ou payantes) deviennent presque "coupables".

Pourtant, bon nombre d'entreprises ont un business qui repose entièrement sur la rétention d'informations car jusqu'à présent et sauf erreur, l'information c'est le pouvoir.

Par exemple : l'évolution des composants informatiques est, de mon point de vue, toujours freinée par le marketing. Les ingénieurs planchent sur les futurs modèles en secret mais côté commercial, on leur demande d'attendre gentiment que les marges soient atteintes avec les précédents modèles.

Le but n'étant pas d'innover mais d'assurer la rentabilité coûte que coûte.

Là où je veux en venir c'est que l'information publiée librement n'est pas forcément monnayable ou du moins, elle n'est pas décisive dans les prévisions d'un business model.

Ce qui m'amène à une conclusion paradoxale : nous avons l'impression de voir "exploser" l'information mais en fait, il ne s'agit que de la face visible, soit une infirme partie.

Les secrets continuent donc d'être bien gardés.

A+

PS : j'ai annulé (en gueulant comme un putois) une commande d'un livre "numérique" il y a deux mois. Le truc était bardé de DRM avec l'obligation d'utiliser un logiciel spécial pour le lire.

Les cons ça ose vraiment tout...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet