まこと の ブログ

MaKoTo no burogu — Journal de bord…

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, 16 avril 2020

Créer une vidéo à partir d'une sauvegarde de partie MAME

Comme je le racontais il y a 6 ans, il est possible d'enregistrer des parties de jeux sur MAME, de rejouer la partie et si besoin d'enregistrer une vidéo de celle-ci.

J'en avais profité pour publier une page dédiée.
Comme je trouvais les manipulations en ligne de commande fastidieuses, j'avais écris un script bash pour faciliter l'opération, mais ça restait de l'austère ligne de commande.

  • Un peu moins austère, j'ambitionnais de créer une interface graphique pour faire cela, et c'est donc aujourd'hui que je publie enfin un script python3 qui permet donc en quelques clicks de rejouer une partie et d'en générer une vidéo au format mp4/h264, le tout de manière automatisée.

Le code de ce logiciel est disponible ici, mais il vous manquera l'exécutable MAME que j'ai compilé.

  • J'ai donc réunis tout le nécessaire dans le fichier zip en annexe de ce billet.[1]

Une fois extrait, il suffit d'exécuter install.sh afin d'installer les paquets pré-requis.
Ensuite exécuter Lanceur_Mame-inp2video4GnuLinux.sh qui a pour tâche de démarrer le logiciel que j'ai nommé pompeusement Mame-inp2video4GnuLinux.

  • Voici une capture d'écran…


C'est un peu moins austère que je disais…

  • À toute fin utiles, et comme il faudra bien ça pour alimenter le logiciel, voici la commande qui permettra d'enregistrer la partie de jeu, valable pour Windows® ou GNU/Linux :
mame nom_de_la_rom -record ma_partie.inp

Attention, il faut juste se contenter de jouer et de quitter l'émulateur en fin de partie, le fichier inp étant dés lors disponible, généralement dans le dossier inp.
En effet il semble qu'utiliser les menu mame ou les raccourcis clavier (par ex pour faire un save_state) soit incompatible avec un enregistrement correct de la partie de jeu dans le fichier inp.

  • Enfin, puisqu'il faut évidemment le préciser, le Logiciel Mame-inp2video4GnuLinux fonctionnera, depuis n'importe quel ordinateur équipé de GNU/Linux de la famille Debian (Ubuntu18.04 testé ok).

Il n'est pas nécessaire d'avoir MAME installé sur cette machine.
Vous aurez besoin cependant du fichier ROM et bien entendu du fichier INP correspondant.
Laissez vous ensuite guidé par l'interface graphique…

  • Je suis débutant dans l'exercice, suis ouvert à l'apprentissage, et ne recevrais donc aucune critique non-constructive. Vous pouvez bien entendu me faire part des problèmes d'exécutions qui pourraient advenir.

Note

[1] Ci-dessous…

dimanche, 23 septembre 2018

Bouton on/off Raspberry Pi, Version µContrôleur

  • Circuit et code modifié le 1er Décembre 2019, pour compatibilité avec le RPi Zero.

Comme je l'évoquais, je ne compte pas utiliser la version précédente du montage « power on/off » pour mon « Pi Hat », car le relais prendrait trop de place, j'ai donc travaillé sur cette nouvelle version à base d'un microcontrôleur Attiny85.

  • Voici donc le schéma de ce nouveau montage :

RpiOnOffAttiny85_V2.png

  • Et il faut s'assurer que le port série (TXD0, RXD0) soit bien actif, soit via « sudo raspi-config » ou en passant à 1 la ligne « enable_uart » du fichier « /boot/config.txt ».

  • Fonctionnement :

- Pour mettre en route le RPi, effectuer une pression sur SW1, la sortie PB0 de l'ATtiny85 est alors mise à l'état haut pour permettre, via le transistor 2N2222 qui envoie un état bas au transistor MOSFET, de faire passer le 5V au RPi.
Ici, comme pour le montage précédent, le signal TXD0 est exploité pour connaître l'état du RPi au moment où le bouton est pressé (état bas, car RPi éteint) .
- Pour éteindre le RPi, presser normalement le bouton SW1, ce qui enverra le signal à la sortie PB1 de passer brièvement à l'état haut, pour déclencher un arrêt propre de GNU/Linux via le GPIO21 du RPi, grâce au script Python3 ci-dessous.
Le pont diviseur que forment R11 et R12 permet de ne n'envoyer que 3,2V au GPIO, car rappelez-vous bien que le RPi fonctionne en 3,3V !!
- Une fois arrêté de cette manière, le signal TXD0 passe donc à l'état bas, l'état du GPIO ayant été mémorisé, un délai est octroyé pour couper l'énergie et donc 3 secondes après la dernière activité de la led verte du RPi, la sortie PB0 passe à l'état bas, le transistor MOSFET ne laisse plus passer le 5V au RPi.
- Presser le bouton SW1 plus de 3 secondes et le courant sera coupé brutalement, utile en cas de plantage du RPi
- Ce montage gère le reboot. Par contre si on utilise un sudo poweroff sur le RPi, le courant ne sera pas coupé automatiquement comme avec le relay du montage précédent. Il faudra alors presser SW1 plus de 3 secondes.

Lire la suite...

samedi, 18 août 2018

Un bouton power on/off pour le Raspberry Pi

Je suis en train de travailler à l’élaboration d'une carte de type « Pi Hat », équivalent du « Schield » pour Arduino, à savoir une carte qu'on enfiche par dessus le Raspberry.
Cette carte destinée au Rpi Zero, comportera une sortie Audio avec son amplificateur, deux connecteurs FCP pour connecter un écran LCD de type SPI - ILI9341, un connecteur pour déporter des GPIO sur une nappe de fil, et enfin un connecteur d'alimentation 5V avec un système de bouton On/Off sécurisé.
Tout ceci dans le but d’intégrer un montage dans une maquette…

Après beaucoup de temps perdu à tenter de comprendre ce dessin, en vue de bien sûr tester le concept, j'ai dû me résoudre à le redessiner complètement, en respectant les normes de représentation. Le voici : ( ouf ! )
RpiOnOffRelay.png

  • Fonctionnement :

- Pour mettre en route le Rpi, effectuer une pression longue sur le bouton SW1, afin de laisser le temps au signal TXD0 de passer à l'état haut et de faire coller le relais qui maintiens alors le Rpi alimenté en énergie.
- Pour éteindre le Rpi, le bouton SW1 étant connecté sur une sortie GPIO, il suffit de le presser normalement pour déclencher un arrêt propre de GNU/Linux grace au script Python3 ci-dessous.
- Une fois arrêté, le signal TXD0 passe donc à l'état bas et le relais se décolle alors, coupant l'énergie du Rpi.
- Le bouton SW2 sert à couper brutalement le courant, en cas de plantage du Rpi
- Ce montage ne gère pas le reboot. Effectuer un redémarrage éteindra donc le Raspberry, car durant le redémarrage TXD0 passe à l'état bas…
Édit : Passer C2 à 220µF et le relais attendra 5 secondes avant de couper , ça devrait permettre un reboot sans coupure.

  • Prérequis :
sudo apt-get install python3 RPi.GPIO
  • Écrire le script :
nano /home/pi/SoftOffButton.py

Avec dedans :

import RPi.GPIO as GPIO
import time
import os
import signal

print ("Soft Off Button")

GPIO.setmode(GPIO.BCM)
GPIO.setup(21, GPIO.IN, pull_up_down = GPIO.PUD_DOWN)

def button_pressed(channel):
    print ("Boutton Off pressé")
    os.system("sudo shutdown now")

GPIO.add_event_detect(21, GPIO.RISING, callback=button_pressed, bouncetime=300)

signal.pause()

Pour démarrer automatiquement le programme python dés le démarrage du Raspberry, il faut créer un service :

sudo nano /etc/systemd/system/SoftOffButton.service

Avec dedans :

[Unit]
Description=Démarre le script SoftOffButton
[Service]
ExecStart=/usr/bin/python3 /home/pi/SoftOffButton.py
[Install]
WantedBy=multi-user.target

Installer le service au démarrage :

sudo systemctl --system daemon-reload
sudo systemctl enable SoftOffButton.service

Pour manipuler le service :

sudo systemctl status SoftOffButton.service
sudo systemctl start SoftOffButton.service

20180818_141218.jpg

  • Ce montage fonctionne très bien, et vu le temps passé dessus j'ai voulu le partager à ceux qui pourraient en avoir besoin.

Je ne compte pas l'utiliser pour mon « Pi Hat », car le relais prendrait trop de place, et j'envisage une solution plus souple et élégante à base de microcontrôleur.

  • Édition du 1 Décembre 2019 :

Je m'en suis rendu compte avec un RPi pi Zero, le port série (TXD0, RXD0) n'était pas actif par défaut, rendant alors le montage inopérant.
J'ai donc dû l'activer via « sudo raspi-config » ou en passant à 1 la ligne « enable_uart » du fichier « /boot/config.txt ».

vendredi, 3 juin 2016

Rpi-pi_EYE -Mise à jour-

Suite de l'épisode précédent :
demopieye.jpg

  • Et vlan, un nouveau billet sur le sujet, alors que c'était pourtant terminé… non ?

En fait mon système est tombé en panne, de trop nombreuses erreurs de lecture/écriture sur la carte SD ont eut raison du système Raspbian, j'ai donc formaté la carte et entrepris de réinstaller tout ça…

  • Sauf qu'après avoir installé le dernier Raspbian, je me suis rendu compte que la librairie RPIO que j'utilisais jusqu'alors pour piloter les servos n'était plus supportée, et qu'il fallait alors me reporter sur une autre solution.

En plus de ça, mes notes étant éparpillées par les expérimentations diverses, je me suis dit que c'était l'occasion ici de faire un récapitulatif d'installation de A à Z.

  • Voici donc le plan d'action :

1 - Installer le Raspbian.
2 - Installer un serveur web.
3 - Configurer un stream vidéo MJPG-Streamer de la picamera.
4 - Installer la librairie pigpio.
5 - Installer la librairie wiringPi.
6 - Configurer le site Web.
7 - Configurer son routeur pour sortir en publique le stream vidéo et le site web.


Lire la suite...

- page 1 de 2