まこと の ブログ

MaKoTo no burogu — Journal de bord…

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Hacking

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, 13 mars 2018

Stylet Wacom

Il a peu, j'ai hérité d'une tablette graphique Wacom Bamboo assez ancienne, mais fort heureusement en USB [1], qui fonctionne Plug'n Play sur Ubuntu.
20180201_200539.jpg

Seulement voilà, en approchant le stylet de la surface de la tablette, sans même la toucher, disons à 5 mm de distance, le click gauche se déclenche.
Après renseignements, il s'avère que ce devraient être soit les boutons sur le stylet qui déclenchent le click , soit le capteur de pression, donc la pointe du stylet.

J'ai donc vérifié la configuration logicielle, en désactivant tous les boutons et fonctionnalités, mais rien n'y fait, et ce même avec la gomme, à l'autre bout du stylet… À 5 mm de la surface, le click se déclenche et donc en lasso de sélection, si on se trouve par exemple, au dessus d'un navigateur de fichier.

Le stylet n'avait pas l'air abîmé du tout, cependant j'ai entrepris de le démonter…

  • Donc alors forcément en démontant on casse des trucs, et c'est une fois démonté qu'on comprend comment il aurait fallu s'y prendre pour ne pas casser le petit ergot qui va allait bien.

20180201_200431.jpg 20180201_200338.jpg
Il suffisait donc, après avoir retiré la pointe, d'ôter le bouton à bascule qui sert à cliquer, puis à soulever l'autre partie bleu, pour dégager le petit ergot bleu et laisser le corps libre pour la séparation…Bref !

  • Une fois les bobines délicatement retirées de leurs emplacements, voici toutes les pièces qui constituent le stylet :

20180201_192852.jpg 20180201_193347.jpg
C'est donc parti pour une séance d'essais en faisant circuler les bobines de manières diverses au dessus de la surface, et de se rendre compte que le problème ne se présentait plus, où réapparaissait quand on touchait certaines parties de l'électronique.
20180201_195857.jpg Je vous passe les détails de l'investigation, j'ai simplement fini par comprendre que le mécanisme sommaire du capteur de pression, ou plutôt de ce palpeur, était coincé en position marche car le petit polymère noir était marqué d'un disque concave (ou convexe c'est selon, voir photo ci-contre en gros plan, élément de gauche en haut). Ce dispositif doit servir de ressort, permettant au moindre contact de la pointe de déclencher la position marche et de repousser très légèrement la pointe pour déclencher la position arrêt une fois la pointe dans le vide.
J'ai alors eu l'idée de retourner le polymère afin de retourner ce ressort visiblement usé car enfoncé (d'où sa forme concave) dans une position.

  • Remontage des éléments dans l'ordre :

20180201_195814.jpg 20180201_195932.jpg 20180201_195956.jpg 20180201_200058.jpg

  • Opération effectuée également pour le côté gomme, remontage et tests OK :)

20180201_200334.jpg

Note

[1] J'en ai une autre en port série DB9 que je tarde à bidouiller, peut⁻être en suivant cette piste-ci.

dimanche, 7 mai 2017

Changer la pile d'un jeu Super Nintendo

Les jeux Super Nintendo ont maintenant autour de 25 ans et tournent toujours tranquillement dans la console de l'époque.
Le seul truc c'est que certains jeux à sauvegardes deviennent amnésique.
Je ne sais pas combien de temps est censé tenir la pile de sauvegarde soudée à la carte électronique de ces jeux, j'en ai qui se souviennent encore de mes parties, et d'autres plus du tout.

J'ai donc décidé de procéder au remplacement systématique des piles, quitte à perdre les sauvegardes encore en mémoire.

dsc02622.jpg dsc02621.jpg

  • Après avoir ouvert la cartouche en ôtant les deux vis, on accède au circuit imprimé.

Il est temps de préparer le support de pile en soudant deux bouts de fil.
dsc02602.jpg dsc02604.jpg

  • On dessoude proprement la pile, en prenant soin de repérer les polarités positives et négatives.

On peut donc y souder les fils.
dsc02603.jpg dsc02605.jpg

  • De l'adhésif double face est ici utilisé pour fixer le support de pile au fond du boîtier.

dsc02606.jpg dsc02607.jpg

  • Une fois judicieusement collé, reste à loger la pile dans le support, refermer, revisser…

dsc02608.jpg dsc02611.jpg

  • Et tester… C'est tout simple :)

dsc02612.jpg dsc02619.jpg

dimanche, 20 novembre 2016

Un Clavier Orthogonal pour le 21ième siècle -1-

  • J'évoquais il y a quelques temps l'envie et le besoin de bricoler un clavier orthogonal en vue notamment de servir comme pièce maitresse à un ordinateur 16Bits like.

- Idéalement il faudrait qu'il soit construit à partir d'un clavier azerty existant afin de réutiliser son chipset électronique et ses touches.
- Il serait inspiré du Typematrix que je possède déjà, un clavier ô combien satisfaisant, et les touches placées selon la disposition bépo.

Pour cela j'ai démonté quelques claviers que j'avais à disposition pour constater qu'ils étaient tous de type « à membrane », une technologie qui n'est pas évidente à hacker au premier abord.
En effet j'ai bien constaté après quelques recherches web, que les claviers customisés par leurs auteurs étaient tous construits à partir de touches mécaniques (et dans le pire des cas, puisqu'achetées pour l'occasion).
J'ai trouvé quelques claviers à touches mécaniques que je pourrais donc aussi recycler.

Clavier mécanique, avantages et inconvénient :

  • Les touches d'un clavier mécanique sont tout simplement soudées sur un circuit électronique (PCB), tandis qu'un cadre et un fond en plastique viennent constituer le boitier du clavier.

C'est simple, fiable, efficace, et à construire c'est facile.
Il suffirait de dessouder toutes des touches, dessiner un nouveau circuit électronique avec Kicad, graver une PCB et y souder les touches. Ensuite en bois ou en plastique, construire le boitier.
20161020_162542.jpg
Cependant ce type de clavier n'a plus court de nos jours, à moins de faire les vides greniers, difficile donc de trouver un clavier de récup à désosser.

dsc02044.jpg
Ensuite il faudrait graver une PCB de plus de 30 cm sur 15, ce qui est loin d'être évident, et peux même s'avérer assez coûteux…

Le clavier à membrane, une toute autre histoire :

  • Les touches ne sont que des morceaux de plastiques qui vont appuyer sur une membrane sur-laquelle est imprimé un circuit électronique. En appuyant sur une touche, on vient alors comprimer ce circuit sur une seconde membrane présentant un autre circuit, et c'est ce contact instantané qui indique au chipset du clavier que la touche est actionnée.

dsc09397.jpg dsc09399.jpg À construire, c'est compliqué…
Il faut produire une plaque de plastique pour accueillir tous les boutons en-clipsables, et ensuite créer un nouveau circuit à connecter au chipset.
Sauf que… La disposition des touches étant pas mal modifiée, le circuit ne sera pas évident à router, que le circuit conducteur d'électricité devra être dessiné sur des feuilles de plastique transparente, et là, tout électronicien adopte alors une attitude de perplexité…

Voilà voilà ^^;
Et devinez quel type de clavier on va hacker ??!
Bah oui, le plus chiant tiens :) Pour la raison simple que ce type de clavier est disponible en très grande quantité tout autour de vous, et que ça ne coûtera pas cher à faire.

Lire la suite...

lundi, 1 août 2016

Un porte livre, pour lire allongé sur le dos, sans les mains :)

dsc01440.jpg

  • Qui n'a jamais trouvé pénible de lire allongé en sentant ses bras s'engourdir peu à peu, jusqu'à la limite du supportable ?

Suffirait de ne pas lire allongé, mais il est des moments ou des lieux où l'on a vraiment l'envie de s'affaler complètement… Sous le parasol à la plage, au lit, ou au fond du jardin !
L'idée d'un support pour poser le livre était là, et c'est à quatre mains qu'elle a d'abord murit avant de voir le jour.

L'outil impression 3D :

  • Une fois le concept bien réfléchit, à savoir un support léger et pliant, en forme d'un toit de 140° et réglable dans la hauteur, il restait alors à imaginer comment articuler tout ça…

J'ai alors modélisé des pièces avec Sketchup avant de les imprimer.
dsc01441.jpg Quelques trois prototypes plus tard, la charnière était prête, d'un genre nouveau pour moi car les deux parties mobiles sont imprimées encastrées en une seule fois ! Il suffit donc de forcer un peu sur le gond pour le sentir céder, et devenir un véritable pivot.

  • Ça évite d'utiliser une pièce supplémentaire pour réaliser le pivot des deux parties mobile, et c'est vraiment très intéressant de pouvoir créer ce genre d'articulation « pré-imprimée » !

dsc01444.jpg dsc01445.jpg dsc01448.jpg dsc01449.jpg

Matériel :

  • Après avoir réfléchis aux dimension que pourrait avoir l'engin, restait à rassembler les éléments nécessaire du kit, à savoir :

- Une planche de MDF de 80x60x0,3 cm
- Une plaque de plaque de verre synthétique de 50x25x0.4 cm
- 24 boulons de 10 mm, diamètre 4 mm. (Je rappelle qu'un boulon c'est le couple vis + écrou ;))
- 4 boulons de 15 mm, diamètre 4 mm.
- 4 boulons de 25 mm, diamètre 4 mm.
- Les pièces imprimées, à télécharger ici : http://www.thingiverse.com/thing:1636131


Réalisation :

  • Voici les dimensions des éléments que nous avons choisi :

PorteLivreFinal3_montage.png

Lire la suite...

- page 1 de 26