まこと の ブログ

MaKoTo no burogu — Journal de bord…

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, 18 novembre 2017

Je veux descendre du bus !!

Et aussi l'arrêter, le bricoler et changer de direction…

Depuis longtemps, mais particulièrement en ce moment, vu l’accumulation de mauvaises nouvelles, cette petite histoire m'étreint le cœur :

Je suis passager d'un bus, lancé à pleine vitesse en direction d'un mur.
La majorité des passager regardent leurs ordi-phones, ou sont préoccupés par leurs sorts.
Les autres discutent de la direction en mode : « j'y pense et puis j'oublie ».
Je veux avertir le chauffeur « arrête toi Ducon »… il est bien au courant en fait, il sourit, la main sur la poignée de son siège éjectable pour une récupération en vol par son jet privé.

« Ainsi va la vie », au pied du mur, on voit mieux le mur, surtout quand t'as la tronche explosée dessus… L'être humain, sa masse, possède cette formidable non-capacité à agir, sauf au dernier moment. Jusqu'à présent ça allait, mais à voir les choses ainsi, comment gérer un phénomène qui nécessite une anticipation importante à agir sous peine d’irréversibilité ?
Sous prétexte que le danger est invisible, ou trop loin pour être visible, on l'ignore, on se dit, pfff après moi le déluge, je ne suis pas concerné…
Car après tout, nucléaire, virus, pollution… combien de mort ? Zero non ?! Invisibilité…

  • Le réchauffement climatique, car c'est surtout de ceci qu'il s'agit « fera zero morts, nous aurons juste plus chaud, c'est pas mal non ? » se disent les passager du bus ?

Les menaces sont tellement nombreuses, tout est tellement lié, que je ne sais par où commencer…
Pesticide, herbicide, destruction des chaînes alimentaires, semences stériles (ogm), perte de bio-diversité et uniformisation des semences, agriculture stupide, pollutions atmosphériques, pollutions des sols, urbanisme, centralisation, conditions de travail, hygiène, appauvrissement général vs paradis fiscaux, surveillances étatique, fascisation étatique… Il parait même qu'on devient débile.[1]
Tout ceci fait tellement plus de morts que quelques terroristes, et pourtant on n'agit pas. À par contre mettre en place des dispositifs pour fliquer le citoyens, sous prétexte à terroro, ça on sait faire, pendant que respirer, manger, vivre nous tue à petit feu pour que des gros s'enrichissent et mangent encore plus d'argent…
Mais nous humains, sommes dans l'émotion, cette émotion qui nous fait ressentir empathie et culpabilité, qui nous permet de vivre en société, ou de ne pas nous entre-tuer, c'est selon. [2]
Alors que la condition humaine ne fait que s'améliorer, les morts violentes diminuer, on nous focalise sur un acte terrible, boum, 300 morts, ayez peur, on s'occupe du reste.
Pourtant la réalité voudrait plutôt que je risque bien plus l'arrêt cardiaque en faisant du sport en ville que de tomber sur un fou, insaisissable imprévisible…
Pendant que les autres, criminels pollueurs industriels qui continuent en toute impunité, avec l'appui des états, légalement, ont adresses et des comptes d'activités… solvables.

  • Des années que les écolos hurlent, et qu'on les caricatures, des années que les scientifiques hurlent, et qu'on dit « oui oui… » sans pour autant les prendre au sérieux…

Ha si, y'a la COP !
Non mais vous rigolez ou quoi ?

Ce que j'ai vraiment mieux compris récemment, pour vulgariser le réchauffement, c'est qu'il faut distinguer la masse de carbone sur terre et sous terre.
- Sur terre, cette masse à permis la vie telle qu'on la connaît, ce sont les êtres vivant, la mer et la végétation qui contiennent et s'échangent le carbone. Pour faire simple, tant qu'on brûle des arbres, on n'ajoute pas de carbone à cette masse, donc on ne réchauffe pas vraiment la planète, ce carbone a changé de forme, il se transformera à nouveau. (capté par les océans, les arbres, etc).
- Sous terre, il y a le carbone emprisonné depuis des millénaires, qui a connu la vie dans d'autres conditions, ce carbone est le fossile de cette vie. Ce qu'on fait en brûlant ce carbone-ci, c'est qu'on ajoute à la masse de carbone sur terre, de telle sorte qu'on rompt l'équilibre, rendant alors les conditions à la vie telle qu'on la connaît difficile, puis impossible…[3]
- Sortir des énergies fossiles, le plus rapidement possible (oui et c'est possible !)
La transition énergétique n'avance pas… Nous en sommes rendu à la 23ième COP, plus de 20 ans qu'on s'y pose la question de comment nous enfumer et avec quelle toxicité, au lieu de se décider à mettre en œuvre les énergies renouvelables et stopper les énergies fossiles.[4]
Quant aux militants et lanceurs d'alertes, on les mets en prisons, quand on ne les assigne pas à résidence, grâce à notre cher état d'urgence permanent (mais tu comprends, ça rassure), où comment mettre le mouchoir sur un problème, et jouer au tape-taupe avec la complicité de tous les passager.

  • Car oui nous sommes complices…

Quand on ne nous culpabilise pas de consommer trop d'énergie, d'eau et de générer des déchets, alors qu'on reçoit en permanence le message opposé, consomme et tait toi, on fait pareil, on regarde ailleurs quand la maison brûle, c'est pas moi qui ait craqué l’allumette…
Sauf que… bah si en fait, tous les jours, par les choix de consommation qu'on fait, et surtout ceux qu'on ne fait pas ! [5]

Le capitalisme ne veut pas changer de direction, et il ne nous laissera pas faire, pourtant tout le pouvoir qu'il détient, c'est bien nous qui le lui donnons, il suffit de le lui reprendre, de se bouger tous ensemble de notre place pour virer le chauffeur du bus, et prendre le volant, arrêter le bus, le bricoler et changer de direction.
- Qu'est-ce qu'on attend ?
Peut-être que nous sommes encore trop nombreux à soit être inconscient, soit dans l'erreur, ou complètement dépolitisé.

- Qu'elle planète[6] va t'on laisser à vos enfants ?
Alerte divulgachage ! Il mourront semble-t'il assez vite en fait… Les plus riches en derniers.
Fonte du permafrost, accélération du réchauffement, réfugié climatique, pollutions des eaux potables, terres impropres aux cultures, pressions démographiques (la surpopulation on en parle quand ??? [7])… Hum, c'est peut-être pas les deux gogols de cours de récré qui vont déclencher la guerre, mais bien le réflexe de survie des peuples après l'irréversibilité du réchauffement et ses conditions impossible. Visionner la série The Walking Dead pourrait être utile…

- Qu'est-ce qu'on peut faire ? Non, qu'est-ce qu'on Veut faire !

Éteindre sa télé.
Se déconnecter des voleurs de temps (Facebook, etc).
Parler aux gens, faire tourner l'info.
Arrêter de voter pour des cons.
Arrêter de voter « contre ».
Arrêter de voter…
Consommer local et bio, sans passer par des intermédiaires.
Construire une éolienne dans son jardin.
Désobéir quand cela est juste…
Ne jamais oublier que s'ils sont riches et font des conneries, c'est parce-qu'on travaille pour eux…

Notes

[1] Demain, tous crétins? (Doc Arte)

[2] https://youtu.be/0qAn_mxvTTk?t=6m44s

[3] Sans compter qu'on accélère le mouvement en tuant tout, à coup de pesticides, l'humain est responsable de la sixième extinction (quand il n'y aura plus d'abeille pour féconder les fleurs, ne comptez pas sur le capitalisme qui se sera assez goinfré d'argent en les tuants pour le faire)

[4] Le VLOG de la COP23

[5] se nourrir local dans une amap, utiliser des toilettes sèches, domicilier son compte dans une banque respectable, utiliser des monnaies alternative…

[6] entendre — les conditions de vie —, pas le caillou

[7] Résoudre la surpopulation - DBY #29 feat NEXUS VI

samedi, 28 octobre 2017

Du bon usage de la sauvegarde de donnée -4- Chiffrer !

Je continue d'utiliser ma méthode de sauvegarde depuis les premiers billets sur ce sujet.
Entre-temps des évolutions machines m'ont fait changer de disque dur et effectuer une nouvelle installation d'Ubuntu plutôt qu'une mise à jour, et ce fût l'occasion de mettre en œuvre le chiffrement de la partition « home » tel que proposé par l'installeur d'Ubuntu !

Suffisait donc juste de cocher la case adéquate et la partition se retrouvait alors chiffrée, charge ensuite de recopier les données depuis mon ancien disque dur.
À l'usage, aucune différence dans l'accès au données, sauf si l'ordi n'est pas démarré sur ma session avec mon mot de passe. Dans ce cas les données sont illisibles !
Et si je continue d'utiliser ma méthode de sauvegarde, les données sont stockées en clair sur le disque dur externe.

  • Comment faire alors pour sauvegarder les données de manière chiffrées ?

Utiliser un logiciel de chiffrement lors du transfert des données sur le disque externe ? C'est dommage ça non ? Puisque les données sont déjà chiffrées sur le disque !!

En fait elles sont bien présente sur le disque et déchiffrée par l'ouverture de session.
Pour s'en assurer il suffit de regarder le dossier /home/.ecryptfs/utilisateur1/.Private où l'on trouve un tas de dossiers chiffrés aux noms bizarres, comme : ECRYPTFS_FNEK_ENCRYPTED.FWadcLORxs-YEkTU02N…
Alors que dans le dossier habituel /home/utilisateur1 on trouve bien les données déchiffrées par la session en cour.

Ce sont donc les dossiers stockés dans .ecryptfs qu'on va sauvegarder sur le disque externe !

  • Avec grsync, la source se trouve donc être : /home/.ecryptfs, et la destination sur le disque externe monté : /media/utilisateur1/sav3To/home_Desktop

GrsyncHomeEcrypfs.jpg

Voilà :)



Heu… Vraiment !?

Mais comment alors accéder aux données en cas de crash de l'ordinateur d'origine ? Comment restaurer les données ?
Il faut pouvoir monter et déchiffrer la sauvegarde du dossier home chiffré !

On va donc dores et déjà vérifier à partir d'un autre ordinateur la réussite de l'opération :

  • Monter et déchiffrer le dossier home chiffré !

Une fois le disque connecté il monte, on accède alors au dossier où se situe le dossier .Private, ici : /media/utilisateur2/sav3To/home_Desktop/.ecryptfs/utilisateur1/.Private Private.jpg

Ctrl+L pour afficher le chemin et le copier dans le presse papier.

Ensuite dans un terminal on saisit :

sudo ecryptfs-recover-private /media/utilisateur2/sav3To/home_Desktop/.ecryptfs/utilisateur1/.Private/
[sudo] Mot de passe de utilisateur2 : 
INFO: Found [/media/utilisateur2/sav3To/home_Desktop/.ecryptfs/utilisateur1/.Private/].
Try to recover this directory? [Y/n]: y
INFO: Found your wrapped-passphrase
Do you know your LOGIN passphrase? [Y/n] y
INFO: Enter your LOGIN passphrase...
Passphrase: 
Inserted auth tok with sig [et1945dosl942eap] into the user session keyring
INFO: Success!  Private data mounted at [/tmp/ecryptfs.fxsjpjaz].

LOGIN passphrase, correspondant donc au mot de passe d'ouverture de session Ubuntu de l'utilisateur1.

En parcourant le dossier /tmp/ecryptfs.fxsjpjaz on accède donc à nos précieuses data déchiffrées, montées depuis le disque externe :)

  • Pour démonter ce dossier :
ecryptfs-umount-private
INFO: Your private directory has been unmounted.
INFO: To see this change in your current shell:
  cd /home/utilisateur2

lundi, 11 septembre 2017

Une éolienne à axe vertical -8-

Suite de l'ouvrage précédent :

Cette fois-ci nous allons nous occuper de mettre en place les derniers éléments qui constituent la partie rotative de l'éolienne.

  • Tout d'abord il s'agit de renforcer les points de pivots car la tôle est relativement fine, ici en soudant des rondelles au diamètre approprié :

dsc02919.jpg dsc02922.jpg dsc02924.jpg
Donc des rondelles de 6 mm pour les fixations des ailes, et des 4 mm pour les bras d'articulation.

Ensuite on peut tout pré-assembler pour vérifier le fonctionnement de l'articulation :

  • On commence par disposer la croix du bas et percer son tube à travers l'axe de rotation, pour passer une vis de blocage de part en part.

Disposer ensuite un anneau de 7 mm l'épaisseur découpé dans le tube de vélo, il servira de flasque de séparation :
dsc02951.jpg dsc02948.jpg

  • Placer alors la croix d'articulation qui va pouvoir pivoter librement sur cette flasque autour de l'axe de rotation.

dsc02949.jpg dsc02945.jpg

Lire la suite...

jeudi, 13 juillet 2017

USB Virus Scanner - RaspberryPi

20170713_110755.jpg Cernés que nous sommes par les machines sous Windows®, en ce temps ou les virus courent si vite et où les cléUsb circulent trop facilement, il est souvent difficile de faire appliquer les règles de sécurités élémentaires à l'humain lambda, tant elles sont perçues comme barbantes et contraignantes, souvent à juste titre…
Pour autant rien n'est perdu, un petit objet simple d'utilisation et d'aspect plutôt ludique pourrait se révéler être un pon début sur le chemin de la sensibilisation à la sécurité informatique.

L'appareil :

  • L'idée serait donc d'avoir un boîtier pour scanner ou formater une cléUsb par la simple pression d'un bouton :

1- Une clé USB est insérée dans l’appareil.
2 - Un menu s’affiche automatiquement, il propose soit de formater la clé, soit d'effectuer un scan anti-virus.
3 - Il est possible d'afficher la date de la base de donnée des définitions de virus.

20170711_095740.jpg

  • Pour cela nous allons utiliser :

- Un ordinateur RaspberryPi3.
- Une Carte microSD de 8 Go ou plus.
- Une Interface écran/boutons Pifacecad. (« Piface Control & Display 2 » chez Farnell)
- Le boîtier adéquat.

  • À l'aide :

- Du système d’exploitation Raspbian.
- De la librairie Pifacecad.
- De la librairie WiringPI.
- Du logiciel anti-virus ClamAV.

20170711_095637.jpg 20170713_110936.jpg

Comment ça marche ? :

  • Il serait trop long de décrire ici l'ensemble du fonctionnement du système, c'est pourquoi vous trouverez un PDF à consulter en annexe de ce billet.

En bonus une archive avec les scripts logiciels (bash et python3).
Et cerise fraise sur le gâteau, une image disque à coller sur votre carte SD !

  • Cependant voici un bref descriptif fonctionnel :

UsbVirusScanner_scripts.png [ Bash ]
/home/pi/autocle/poweroff.sh, Scrute le GPI021 et déclenche BoutonShutdown.py.
/usr/local/bin/autocle.sh, Stoppe le Bouton5.service et lance autocle.py.
/usr/local/bin/ejectcle.sh, Stoppe autocle.service, lance ejectcle.py et Bouton5.service.

[ Python ]
/home/pi/autocle/autocle.py, Programme principal.
/home/pi/autocle/BoutonShutdown.py, Affiche « le système va s'éteindre » et halt.
/home/pi/autocle/ejectcle.py, Efface et éteint l'écran.
/home/pi/autocle/InitSysteme.py, Affiche « démarrage en cours » et lance VirusDatabase.py.
/home/pi/autocle/ShutdownMessage.py, Affiche « Attendre 30 sec pour debrancher ».
/home/pi/autocle/VirusDatabase.py, Affiche la date des déf de virus puis « système opérationnel ».

Lire la suite...

- page 1 de 145