まこと の ブログ

MaKoTo no burogu — Journal de bord…

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, 5 janvier 2019

Un anémomètre WiFi -2-

Suite de l'étude précédente :

  • Avoir un affichage sur le web c'est bien…

Une petite vidéo :

  • Mais un module d'affichage physique c'est quand même plus pratique !

Une petite vidéo :

  • J'ai donc passé quelques jours à concevoir ce boîtier client qui fonctionne à base lui aussi d'un NodeMCU connecté au réseau WiFi de la maison, et qui récupère les infos de vitesse transmise par l'anémomètre.

Principe :

Ce client se connecte à l'anémomètre et récupère le fichier JSON ( http://192.168.0.34:8080/mesures.json) afin de le parser toutes les secondes, reste alors à afficher l'information.

Ce sont donc des vieux afficheurs matriciel DLG7137 qui vont faire le travail.
Pour chaque afficheurs il aurait fallu employer un registre à décalage, afin de pouvoir adresser les données à afficher sur chaque matrices, comme cela à été fait sur le WebRadioReveilWiFi, mais ne disposant pas de suffisamment de 74HC595, j'ai dû procéder autrement.
Les DLG7137 disposent en effet d'une pin Write (WR/) qui n'autorise l'affichage de la donnée qu'au moment où elle passe à l'état bas.
Du coup en reliant tous les afficheurs entre eux et en faisant circuler l'information, il restait au programme de valider la pin Write du bon afficheur au bon moment pour afficher le caractère attendu sur chacun des afficheurs.
Et comme le NodeMCU ne dispose pas de suffisamment de papattes pour pouvoir brancher les 12 pins Write des 12 afficheurs, j'ai donné ce travail à faire à deux registres 74HC595, permettant ainsi d'adresser 16 pins Write.

ClientAfficheur_bb.png
Note : J'ai oublié de câbler les deux condensateurs de découplage utiles aux registres 74HC595 !!
Ne les oubliez-pas ! (100nF directement entres les pattes d'alimentation 8 et 16)

Lire la suite...

vendredi, 4 janvier 2019

Une éolienne à axe vertical -12-

Suite de l'ouvrage précédent :

L'éolienne n'avait pu être mise en place la dernière fois, faute de visserie suffisante pour terminer l'assemblage, et de coupleur de câble métallique nécessaire à la sécurisation du mât.

dsc03985.jpg

  • Nous avons donc dressé le mât sur son emplacement, vissé le boulon de sécurisation et resserré les 4 écrous du plot.

Ensuite après avoir enfoncé des piquets dans le sol, trois câbles ont été tendu pour raccorder ces piquets aux anneaux soudés au sommet du mât, grâce aux coupleurs de câble.
Sans système de tendeur à vis ce ne fût pas vraiment facile à régler, mais le mât est tout de même quasi de niveau, à 90° dans toutes les directions.
dsc03984.jpg dsc03982.jpg
dsc03981.jpg dsc03988.jpg

Ce n'est qu'ensuite que nous avons suspendu le rotor de l'éolienne au mât, je n'ai pas fait de photo du mât seul…

  • Au sommet du mât, on peut apercevoir l'anémomètre que j'avais bricolé, et contre l'axe de rotation, un aimant sécurisé au silicone (tout autre type de colle aurait fait l'affaire), passe en face de la pièce imprimée3D orange dans laquelle siège un capteur Hall, branché sur le NodeMCU de l'anémomètre, permettant de transmettre les vitesses du vents et de rotation de l'éolienne sur un boîtier récepteur (billet à venir) :

dsc03972.jpg 20181230_144315.jpg

Bon alors ces photos ont en fait été prises le lendemain, car le jour ou nous l'avons accroché, la nuit tombait, et j'ai donné les derniers coup de clef dans la pénombre…

Les ailes étaient alors repliées et nous pensions la laisser comme ça jusqu'au lendemain, mais la tentation de l'ouvrir était trop grande !

Lire la suite...

samedi, 8 décembre 2018

Upload de gros fichiers vidéos sur une instance Peertube

peertube.png Quand on lit la documentation où les issues « Github » de Peertube, Chocobozzz nous indique clairement qu'il fût un temps révolu où la taille maximale d'une vidéo accepté par Peertube était de 4Gio, mais que maintenant c'est bien 8Gio qu'il est possible d'envoyer.

  • Pour le vérifier, sous Yunohost il suffit d'aller voir le fichier de config nginx dédié :
cat /etc/nginx/conf.d/peertube.makotoworkshop.org.d/peertube.conf

Et de retrouver l'information spécifiée ici :

# Hard limit, PeerTube does not support videos > 8GB
    client_max_body_size 8G;
    proxy_connect_timeout       600;
    proxy_send_timeout          600;
    proxy_read_timeout          600;
    send_timeout                600;
  • Et pourtant, j'ai voulu uploader une vidéo de 5,2Gio, et de recevoir l'erreur « 500 Internal Server Error », délivrée par nginx

peertubenginx.png

Lire la suite...

samedi, 1 décembre 2018

Changer la date de publication d'une vidéo Peertube

J'ai récemment crée plusieurs chaînes Peertube sur mon serveur auto-hébergé (dans ma cuisine donc hein, pas un truc loué dans une salle machine).
Plusieurs afin de cloisonner un peu les sujets des vidéos publiées, à défaut de fonctionnalité « playlist » (disponible pour bientôt), bien que le raccourci « locales » présente tout par date décroissante.
Et autant en publiant au long court, comme un blog, les vidéos sont disponibles chronologiquement, autant lorsqu'on a déjà un stock de vidéos à mettre à disposition, il peut-être utile de pouvoir anti-dater les vidéos, et ce pour deux raisons :
- Je veux lister telle vidéo avant telle autre dans la liste des vidéos locales.
- Je veux simuler la publication des vidéos de l'époque, car Peertube n'existait pas encore.

J'ai donc gratté un peu, car une telle fonction n'existe pas, et conclu assez rapidement qu'il me faudrait éditer la base de donnée PostgreSQL de Peertube.
peertube.png

Prérequis :

  • On a besoin du nom de la base, du nom d'utilisateur et du mot de passe associé.

En fonction du type d'installation, vous n'aurez peut-être pas eu accès à ces infos. C'est le cas avec Yunohost qui m'a permis d'installer Peertube en un click !
Il faut donc consulter le fichier production.yaml pour y lire ces infos :

cat /var/www/peertube/config/production.yaml
# Your database name will be "peertube"+database.suffix
database:
  hostname: 'localhost'
  port: 5432
  suffix: '_peertube'
  username: 'peertube'
  password: 'xxxxxxxxxxx'

Le mot de passe est en clair, j'ai mis des xxxxx à la place.

Précautions :

  • Avant de faire quoique ce soit, il est sage de sauvegarder la base de donnée.

On peut le faire avec Yunohost par la fonctionnalité de backup > app, qui fait qu'on retrouve la base sous forme de fichier texte /apps/peertube/backup/db.sql dans l'archive.
Pour le faire manuellement, l'équivalent est cette commande :

pg_dump --file peertubeBasePostgreSQL_20181201.txt -d peertube_peertube -U peertube

Il peut être intéressant d'en profiter pour faire aussi une sauvegarde dans le format custom, l'intérêt peut se révéler utile en cas de soucis particulier, comme indiqué ici.

pg_dump --format=custom --file peertubeBasePostgreSQL_20181201.dump -d peertube_peertube -U peertube


Logiciel :

Pour éditer la base, j'ai choisis le logiciel pgAdmin qui sera installé sur un poste client du réseau local, car évidemment, le serveur qui fait tourner Peertube ne dispose pas d'interface graphique.

sudo apt install pgadmin3
  • Une fois installé, via le menu « Fichier > Ajouter un serveur…» on va pourvoir renseigner les infos utiles récoltées précédemment pour se connecter à la base :

pgadmin.png

Lire la suite...

- page 1 de 151