まこと の ブログ

MaKoTo no burogu — Journal de bord…

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Do Donpachi, boss attack

Do Donpachi est le premier jeux qui m'a fait aimer le shoot'em up de style danmaku[1].
Puis j'ai découvert les superplay diffusés par nolife alors que je ne connaissais pas encore ce concept. Épaté par les performances, et de me dire que c'était possible, je me suis mis à m'entraîner un peu plus sérieusement.
Je suis encore très loin de pouvoir one créditer le jeu[2], et en attendant, je m'amuse à buter les boss le plus vite possible.

  • En effet si on prend soins de faire durer le boss en détruisant une à une toutes les parties qui le compose, le patern[3] final est bien plus touffu, rapide et difficile à passer. En contrepartie on peut engranger plus de points

Et c'est parce que je déteste le dernier patern du boss 2, que je me suis dit qu'en attaquant directement le point névralgique de celui-ci, je pouvais gagner du temps et le détruire avant même qu'il n'ait la possibilité de tirer au canon.

  • Le halo du laser augmentant les dommages causé, je colle donc le plus longtemps possible ce point.

Je ne suis sûrement pas le premier à faire ça, et mis à part les trois superplay vu sur nolife, je n'ai pas eu la curiosité d'en visionner d'autre sur jammaplay où ailleurs.

Grâce à mon script, j'ai monté une vidéo des trois premiers boss :
DoDonpachiCave.png

Le Boss 1 : sans problème.
Le Boss 2 : aurait pu y passer plus vite si je ne m'étais pas fait buter dans le stage, me retrouvant donc avec une arme moins puissante.
Le Boss 3 : Je me suis fait avoir bêtement sur une mauvaise évaluation de trajectoire dans mon déplacement ^^;
J'essaye d'aller vite, en détruisant quand même ses parties, histoire de corser le jeu sur la fin, parce que j'aime bien ses patern de boulette bleu :)

Notes

[1] rideau de balles

[2] terminer le jeu avec une seule pièce

[3] trajectoire des boulettes

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet