まこと の ブログ

MaKoTo no burogu — Journal de bord…

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 1 août 2022

jubeat -11- [Fin]

Suite de l'ouvrage précédent :

Nous y voilà enfin ! Ouf… J'ai pas mal procrastiné la retouche photo de la galerie qui va suivre, pour autant que je puisse améliorer le rendu, mon appareil n'est pourtant pas si mal, mais visiblement je ne sais pas bien m'en servir. Photographe, un métier…


Finalisation du meuble :

Avant cela je vous reparle du meuble qui accueille la borne, réalisé dans le billet N°6.
Il était suffisamment stable pour un meuble d'usage général, mais pour soutenir un jeu vidéo qui reçoit de nombreuses pichenettes à la seconde, ce n'était clairement pas suffisant, aussi j'avais entrepris d'utiliser une des étagères dudit meuble pour caler la structure et l'empêcher de brimbaler, avec succès, en attendant de trouver un système plus élégant.

  • J'ai eu beau me torturer l'esprit, je n'ai pas su trouver de solution différente de ce que j'avais entrepris sur la CandyCab à l'époque, à savoir une porte encastrée et ajustée, qui se ferme par frottement.

Et j'ai eu le coup de chance agréable de constater que le restant de contreplaqué de récup, que j'avais pourtant rescemment entamé, était pile poil à la bonne mesure en hauteur !!!
Restait donc à couper la largeur et pouf, voilà :)

  • Pour la fixation j'ai utilisé des charnières spéciales pour le verre, moyennant une petite défonce au ciseau à bois, et j'ai cette fois été plus malin que sur la CandyCab, en ne plaçant pas la charnière tout contre le montant du meuble. Ce qui permet de déporter l'axe de rotation, et donc d'ouvrir la porte sans gêne mécanique, là où sur la CandyCab, j'avais dû arrondir le montant de mes portes sinon il était impossible de les ouvrir…


  • Pour la fermeture, je reste fidèle aux aimants de meuble, c'est vraiment pratique c'est machins :)


  • 60 cm de profondeur, ce n'est pas banal pour un placard !


Mais j'en profite largement, sous le chiffon blanc c'est le TV Game SoundVoltex qui est rangé.

La galerie :

  • Malgré une lumière défavorable et un studio photo qui n'en est pas un, j'ai essayé de faire honneur au travail fournit, sous tous les angles qui m'ont inspirés…




Lire la suite...

samedi, 30 juillet 2022

TempéroClock

dsc03666.jpg

Étant donné que je m'amuse bien avec les capteurs de températures/humidités en ce moment, j'ai eu envie d'en ajouter un dans le salon/salle à manger/atelier/salle de jeu/dortoire à ratoux/chambre d'amis/biliothéque…

  • Et plutôt que d'entreprendre un nouvel afficheur, j'ai préféré utiliser celui que j'avais déjà, l'horloge de salon, elle même dérivée de l'horloge du WebRadioRéveilWifi, donc de conserver la même carte électronique, et simplement la modifier pour ajouter un capteur DHT11.
  • J'ai donc édité le schéma (projet kicad en annexe[1]) afin de documenter les modifications faites à la volée (comprendre charcutage de pistes au cutter, soudage de composants à la sauvage).


Ont donc été supprimé les leds alarmes et le buzzer, car finalement ça ne m'est pas utile, afin de disposer d'une sortie PWM de l'Arduino pour séparer la commande des deux leds constituant le « deux points » scindant heure et minutes.
Je n'ai pas de photos à montrer, j'ai refermé l'appareil là… flemme.

Le programme :

  • Le code est ici ou en annexe du billet[2], corrigé de quelques erreurs de jeunesse, mais je n'ai pas pris le temps de nettoyer le code et de commenter correctement, désolé…

  • Les boutons Alarmes ont donc été remplacées par :

- Un bouton « Temp/Humido » permettant de choisir d'afficher en permanence la température ou bien l'humidité (mise à jours toutes les 2 secondes).
- Un bouton « Caroussel » permettant d'afficher l'heure durant 8 secondes, puis de basculer 2 secondes sur la température, puis 2 secondes sur l'humidité.
- Le bouton « Horloge » permet comme auparavant de mettre à l'heure l'horloge en le combinant aux boutons « heures » ou « minutes », mais aussi de demander d'afficher uniquement l'heure.



- Pour le reste, les leds de l'horloge s'allument lorsque le capteur PIR détecte un mouvement, et ceci pour 3 heures durant, avant de s'éteindre.
- Pendant ce temps la photorésistance se charge d'ajuster l'intensité lumineuse des leds, plus forte s'il capte beaucoup de lumière et moins forte dans le cas contraire.



  • Une petite vidéo :

Notes

[1] À voir ci-dessous… Attention, je n'ai pas mis à jour le PCB, il n'y a que le structurel qui contient les modifications

[2] ci-dessous

dimanche, 17 juillet 2022

jubeat -10-

Suite de l'ouvrage précédent :

Donc la borne est remontée, et côté fonctionnalités on va d'abord améliorer le rendu de la plaque du monnayeur.


Monnayeur :

La plaque imprimée 3D c'était pour tester hein… Car ce n'est ni esthétique ni suffisamment rigide.
On va conserver le boîtier mais refaire la façade, ici avec une plaquette transparente de 4 mm d'épaisseur.

  • J'ai donc dessiné un gabarit de découpe et perçage, puis usiné la plaque sur la perceuse à colonne et à la scie sauteuse, avant de terminer le travail à la lime, y compris pour biseauter les bords à 45°.


Ensuite, pour obtenir le rendu brillant, les bords ont été poncés de manière dégressive (du papier 500 - 800 - 1000 - 1500 à l'eau). Puis polis à la pâte Tamiya (Coarse - fine - finish).

  • Résultat avant (gauche) et après (droite) polissage :



Lire la suite...

dimanche, 3 juillet 2022

Tempéro, thermomètres connectés -02-

Précédemment sur makotoworkshop.org… :

À priori, non, tu ne met pas ton capteur de DHT22 dehors « comme ça », et encore moins accroché au mur de ta fenêtre.

C'est ce que j'ai assez vite déduit aux vues des résultats de recherche sur Thingiverse, en quête d'inspiration pour un modèle de boîtier.
En effet, il semble finalement assez logique de se tenir aussi éloigné que possible des murs du bâtiment, au risque sinon de se retrouver à mesurer la T° résiduelle emmagasinée par celui-ci, et malgré ça, on ne peut pas non plus imaginer laisser le capteur cuire en plein soleil…

Une fois de plus ce fût l'occasion d'apprendre de nouvelle choses, et en cela, l’existence du « Stevenson shelter », un abris ventilé dans lequel on place les instruments de mesure pour les protéger du soleil tout en les laissant prendre le vent.

J'ai pu trouver le modèle qui me convenait et de l'adapter à mon besoin en le « remixant » en Stevenson shelter pour balcon.

  • Arès avoir imprimé toutes les pièces déterminantes en blanc, évidemment ici pour profiter de l'effet albédo, j'ai fait un essai d'assemblage de la soucoupe du bas avec la glissières.



Grâce aux tête fraisées des vis la glissière fait son office correctement.

  • Les trous de cette soucoupe sont plus petits et destinés à être taraudés donc, pour accueillir les vis de ⌀4 mm.


  • Ensuite collage du mille-feuille en m'aidant des trous prévus à l'origine pour des tiges filetées afin de bien aligner les pièces. Le capteur DHT22 ainsi fixé à son support vient se loger au centre :


  • Reste à visser la glissière en place.


  • Une fois la seconde partie de la glissière fixée à la rambarde du balcon à l'aide de serre-câbles, il suffit de glisser notre stevenson shelter en place et de ligaturer une attache dans la boucle prévue pour éviter qu'il ne bouge.



À suivre…

- page 1 de 166